Neta Weiner — Bizchout HaShiva (2016)

a3758666714_10

Cela fait six mois que je veux écrire un mot sur ce joli album solo de Neta Weiner, membre du tonitruant et contestataire System Ali. Je n’arrive pas à écrire ce mot parce que je bloque sur les textes. Je n’arrive pas à comprendre de quoi il parle. Il y a des mots partout, le vocabulaire est riche et le sens n’est pas forcément très clair. Quand il présente lui-même son album intitulé  Bizchout HaShiva (בזכות השיבה), « grâce au retour », il le présente comme un album sur tous les retours en général jusqu’au retour chez sa mère… Moi, quand je l’écoute, j’ai l’impression de me retrouver dans une petite ville de l’Europe de l’est à manger des apfelstrudels, avec les cosaques et l’odeur du feu qui se rapprochent. Ce mec me tue, il est génial, il faut que vous découvriez son mélange hip-hop-cabaret-klezmer-electro.

Vous pourrez trouver dans son album des chansons assez rythmées comme Ani Hozer (אני חוזר, je reviens) :

« Je reviens,
Les yeux fermés et le cœur petit et brisé,
Je reviens,
Si ce n’est pas vers la corde de la pendaison
Ce sera vers le cordon ombilical,
Je reviens »

Ou des choses plus calmes comme  Tavchil bassar (תבשיל בשר, ragoût à la viande), où il parle à sa femme Yafa, « la laideur de ce qu’il y a dans les femmes ». Bon, cela n’a pas l’air d’être une relation très saine et l’ambiance a un relent de male tears, mais cette interprétation est époustouflante :

« un ragoût à la viande
Que tu as oublié sur la cuisinière,
Je suis un ragoût à la viande. »

Dans chaque piste de l’album, on retrouve une grande tension, de la retenue, de l’élan, de poésie. Il y a quelque chose qui m’empêche de trouver cette œuvre vraiment parfaite, sans que je sache vraiment quoi. Cela dit, c’est excellent. Je vous reparlerai des paroles quand j’aurais progressé en hébreu ! En attendant, tout l’album peut être savouré avec délice avec un final éblouissant : « Dans le village ashkénaze ».

נטע וינר, בזכות השיבה, 2016.

 

Publicités

Publié par

Nicolas Legrand

J'aime beaucoup la clarinette et l'hébreu. Parfois, je fais de l'informatique en bibliothèque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s