Neta Weiner — Bizchout HaShiva (2016)

a3758666714_10

Cela fait six mois que je veux écrire un mot sur ce joli album solo de Neta Weiner, membre du tonitruant et contestataire System Ali. Je n’arrive pas à écrire ce mot parce que je bloque sur les textes. Je n’arrive pas à comprendre de quoi il parle. Il y a des mots partout, le vocabulaire est riche et le sens n’est pas forcément très clair. Quand il présente lui-même son album intitulé  Bizchout HaShiva (בזכות השיבה), « grâce au retour », il le présente comme un album sur tous les retours en général jusqu’au retour chez sa mère… Moi, quand je l’écoute, j’ai l’impression de me retrouver dans une petite ville de l’Europe de l’est à manger des apfelstrudels, avec les cosaques et l’odeur du feu qui se rapprochent. Ce mec me tue, il est génial, il faut que vous découvriez son mélange hip-hop-cabaret-klezmer-electro.

Continuer la lecture de Neta Weiner — Bizchout HaShiva (2016)

Publicités

Rachel, HaHalonot HaGvo’im — Zemer Nougue

Durant le Yishouv, s’est construit en Palestine ottomane puis mandataire la culture de l’homme nouveau qui devait sortir du sable de Tel Aviv et effacer le souvenir du Juif faible et persécuté. La création de cette culture est un mélange de rejet et de réappropriation : rejet des cultures et langues de la diaspora, développement d’une nouvelle langue à partir de l’hébreu biblique et mishnique, création d’une nouvelle littérature. Le chant hébreu est ainsi constitutif de cette nouvelle identité créée par les sionistes de la 2e et 3e alyah. La poétesse Rachel (1890-1931) s’inscrit dans ce mouvement. La tuberculose l’empêcha de se consacrer à l’idéal agricole auquel elle se destinait en Palestine, mais elle devint une des figures les plus marquantes de la nouvelle littérature hébraïque.

Continuer la lecture de Rachel, HaHalonot HaGvo’im — Zemer Nougue

Gilad Kahana

Gilad Kahana est un chanteur israélien un peu hors norme. C’est toujours compliqué de comprendre ce qu’il veut dire, mais sa musique, son allure et sa voix me touchent toujours beaucoup. Pour vous donner rapidement une idée, le voici présentant de quoi parle le dernier album d’un de ses groupes, les Girafot  (ג’ירפות, les Girafes) :
« On te brise et on te brise et on te brise et on te brise encore et on te brise encore une fois et une fois encore on te brise. Toi, petit à petit, tu te changes en poussière. Tu te changes en poussière et qui peut briser la poussière ? »

Voilà, sans musique et en trente secondes une partie de ce qui me fascine : des images très maîtrisées, une allure et des postures un peu ridicules, un texte qui résonne dans la tête auquel on peut faire dire tout ou rien du tout. C’est déstabilisant, parce qu’à chaque fois, cela a l’air important, mais son allure de cocker aux grands yeux tristes, sa chaîne en or, ses immenses lunettes et l’étrange mollesse qui se dégage de lui amènent aussi à se demander s’il ne se moque pas de nous. Je vais vous présenter trois titres récents qui m’ont marqué.

Continuer la lecture de Gilad Kahana

Luna Abu Nassar — Asaper Lech (2014)

a2591273373_10

La douceur acidulée du projet folk de Luna Abu Nassar est aux antipodes de la virulence endiablée de l’équipage de rap System Ali auquel elle contribue. Dans une ambiance beaucoup plus intimiste, elle est ici accompagnée d’un autre guitariste et d’un percussionniste. Elle écrit, joue et chante une musique subtile qui interpelle.

Continuer la lecture de Luna Abu Nassar — Asaper Lech (2014)

Yoel a dit (2015)

a0671829535_10

Yoel a dit, fantaisies et mélodies pour les enfants est l’enregistrement des chansons d’un spectacle musical inspiré d’un livre de Yoel Hoffman : En février, cela vaut le coup d’acheter des éléphants. Je suis tombé dessus en parcourant l’étiquette « Tel Aviv Yafo » de Bandcamp et j’ai tout de suite accroché. Je ne suis pas le seul, le spectacle a fait sa première au festival international de théâtre pour enfant de Haïfa et a obtenu quatre prix : prix du meilleur spectacle, du meilleur script, de la meilleure direction et de la meilleure musique.
Continuer la lecture de Yoel a dit (2015)

Zichronot MeUtopia (2017)

a4055039258_10
Zichronot MeUtopia
(Souvenir d’une utopie) est l’album d’un voyage halluciné dans une mégapole où les gens sont écrasés par le béton et où les seules lumières sont jaunes ou rouges. L’album dégage une atmosphère angoissée proche du cyberpunk. Nous nous retrouvons pris dans une recherche mystique de sens à la vie où l’on se rassure en s’oubliant dans le sexe et la drogue.

Les textes sont des poèmes écrits en hébreu parlé, ils sont déclamés, parfois chantés, avec des pointes d’emphases, avec ou sans accompagnement musical. Le procédé rappelle un groupe comme King Missile, sauf que la musique ici est plus indus.

Continuer la lecture de Zichronot MeUtopia (2017)

HaMassach HaLavan (2016)

hamassachhalavan
Imaginez un genre de Marylin Manson avec le sens de l’humour et de l’autodérision, obsédé par la couleur blanche, jouant un rock déglingué et vous aurez une première idée approximative du groupe telavivien. HaMassach HaLavan, l’écran blanc, s’amuse à provoquer avec des thèmes classiques : sexualité, drogue, immoralité… Classique, mais réussi, d’autant que la musique est réjouissante. Parlons un peu de leur album éponyme, sorti fin 2016 :

Continuer la lecture de HaMassach HaLavan (2016)