David Grossman — Un cheval entre dans un bar (2015)


« Le public s’amuse. Et lui se protégeant les yeux de la main scrute la salle, désormais presque complètement plongée dans l’obscurité.
Il me cherche. »

— David Grossman, Un cheval entre dans un bar, traduction Nicolas Weill

Je n’avais pas très envie de lire ce livre, parce que je me disais que cela allait être un hébreu difficile et que cela allait être triste. Bien aussi, sans aucun doute, mais triste,  quoi. Puis Grossman a obtenu le prix international Man-Booker, je me suis encore dit que bon, ça devait être vraiment bien, mais que ça risquait d’être trop triste quand même. Et puis, j’ai vu qu’une lecture publique de son livre se montait avec Wajdi Mouawad. J’ai vu que Grossman viendrait à la Colline dans le cadre du festival Lettres d’Israël pour une rencontre avec Wajdi Mouawad et deux lectures en public. C’était très excitant, tout ça. Cela aurait été dommage d’y aller sans avoir lu le livre. Alors je l’ai lu, en hébreu. J’ai regardé çà et là la traduction française. J’ai assisté à la lecture-concert à la Colline. Hé oui, c’est triste, mais qu’est-ce que c’est bien.
Continuer la lecture de David Grossman — Un cheval entre dans un bar (2015)

Publicités

Festival littéraire Lettres d’Israël 2017

19679433_684238291773829_5662664107428408869_o

C’est l’heure de la pause estivale ! Je vais vous laisser pendant un petit mois en attendant le festival Lettres d’Israël qui se déroulera à Paris du 8 au 18 septembre avec un programme très alléchant. À partir de la dernière semaine d’août et durant les semaines qui suivent, je vais essayer de mettre en avant trois œuvres qui seront à l’honneur dans ce festival (je ne sais pas encore dans quel ordre je publierai mes billets) :

Continuer la lecture de Festival littéraire Lettres d’Israël 2017

R. J. Palacio — Prodige (2012)

Je sais ce que vous allez me dire. Prodige n’est pas un roman israélien, c’est de la littérature étatsunienne. Alors oui, voilà, j’ai lu ce livre en hébreu et dans sa version originale, en anglais, en me disant que cela serait intéressant de voir comment les Israéliens adaptaient ce genre de littérature et je n’ai pas été déçu : Prodige est un roman très sympathique et c’est encore mieux en hébreu.

Continuer la lecture de R. J. Palacio — Prodige (2012)

Luna Abu Nassar — Asaper Lech (2014)

a2591273373_10

La douceur acidulée du projet folk de Luna Abu Nassar est aux antipodes de la virulence endiablée de l’équipage de rap System Ali auquel elle contribue. Dans une ambiance beaucoup plus intimiste, elle est ici accompagnée d’un autre guitariste et d’un percussionniste. Elle écrit, joue et chante une musique subtile qui interpelle.

Continuer la lecture de Luna Abu Nassar — Asaper Lech (2014)

Yoel a dit (2015)

a0671829535_10

Yoel a dit, fantaisies et mélodies pour les enfants est l’enregistrement des chansons d’un spectacle musical inspiré d’un livre de Yoel Hoffman : En février, cela vaut le coup d’acheter des éléphants. Je suis tombé dessus en parcourant l’étiquette « Tel Aviv Yafo » de Bandcamp et j’ai tout de suite accroché. Je ne suis pas le seul, le spectacle a fait sa première au festival international de théâtre pour enfant de Haïfa et a obtenu quatre prix : prix du meilleur spectacle, du meilleur script, de la meilleure direction et de la meilleure musique.
Continuer la lecture de Yoel a dit (2015)

Etgar Keret — Soudain, un coup à la porte (2010)

d7a4d7aad790d795d79d_d793d7a4d799d7a7d794_d791d793d79cd7aa_-d790d7aad792d7a8_d7a7d7a8d7aa2

J’ai essayé de commencer Deux ours de Meir Shalev (שתיים דובים), mais c’était un peu dur. Et gros. Après avoir fini Douleur de Zeruya Shalev, j’avais besoin de quelque chose de rassurant. Quelque chose qui me donne l’impression de bien comprendre l’hébreu. Etgar Keret est parfait pour ça.

Continuer la lecture de Etgar Keret — Soudain, un coup à la porte (2010)

Amos Gitaï — Kippour (2000)

995c83c0-e323-4c26-9563-5b7368c2ce9d_kippur-production-still

Kippour est un film spécial pour moi. C’est le film qui m’a donné envie d’apprendre l’hébreu et de me plonger dans la culture israélienne. Certes, il y a eu beaucoup de choses avant qui ont nourri mon intérêt pour Israël ou la Palestine et sans lesquels le déclic n’aurait pas eu lieu. Un déclic, c’est un moment impressionnant où le plateau d’une balance, à force d’être chargé bascule de l’autre côté. Le changement peut étonner. Pourquoi cet intérêt ? Es-tu juif ? As-tu des racines juives ? De l’extérieur c’est impressionnant, à l’intérieur on se sent toujours un peu la même personne. Le changement étonne parce qu’il paraît brusque. On ne voit pas le poids de tout ce qu’il y avait avant. En comparaison le déclic est anecdotique. Il est aussi insignifiant face à la somme de l’investissement qui suit, ici une l’étude active d’une langue et d’une culture. Malgré cela, j’ai toujours un attachement particulier pour ces moments, ces œuvres qui, comme Kippour, modifient l’équilibre de mes passions et de mes intérêts.

Continuer la lecture de Amos Gitaï — Kippour (2000)