Fin de la route

Ceci est le dernier billet de ce blog, il est temps de tirer la révérence et de vous dire au revoir ! Merci de m’avoir lu et suivi jusque là, merci pour les mots gentils et encourageants ! Mais cette fois-ci, sans aucun doute, c’est la dernière fois.


Je passe mes journées à travailler devant un écran d’ordinateur et cela devient de plus en plus une punition pour moi d’être collé à cet appareil. J’ai de moins en moins d’énergie le soir pour me remettre devant et taper sur un clavier. En fait, je réfléchis même à trouver un nouveau travail où l’on est moins devant un ordinateur. Je vais continuer à lire, écouter de la musique en hébreu ou en yiddish, mon intérêt pour ces langues a encore de beaux jours devant lui.


Mais voilà, je n’en parlerai plus ici. Enfin bref, merci de m’avoir lu ! Yallah bye !

Maboul — Rona Kenan (2004)

Rona Kenan est peut-être la première chanteuse israélienne que l’on m’a recommandé. Je suis allé l’écouter et je n’ai rien entendu de convaincant alors. J’étais un peu surpris par l’engouement qu’elle suscitait. Enfin, ce genre de chose arrive. C’est au détour de la chaîne youtube de la radio de l’armée, Galgalatz, que je l’ai écoutée à nouveau. Juste une guitare, sa voix et un grand t-shirt blanc. J’ai fondu.

Qu’est-ce qui s’est passé ? Je ne sais pas. Je crois que c’est simplement la voix. Sa voix enveloppe, protège. Elle est tellement présente que j’ai le sentiment de pouvoir la toucher. Maboul (מבול, déluge) est une chanson parfaite, une chanson de rupture. Kenan l’a écrite à 17 ans après s’être séparée d’une amie avec qui elle était depuis deux ans. Mais les paroles qu’elle a écrites alors étaient en anglais et la chanson s’appelait Earthquake, tremblement de terre.

Continuer la lecture de Maboul — Rona Kenan (2004)

Rona Kenan — Shirim LèYoel (Chansons pour Yoel, 2009)

a3310079932_10

Rona Kenan est sans doute la première chanteuse israélienne dont on m’a parlé, mais j’ai mis un certains temps avant d’accrocher. C’est arrivé par hasard alors que j’écoutais à la suite tous les enregistrements musicaux en direct de la radio de l’armée Galgalatz. Je l’ai vue et écoutée interpréter Maboul (déluge), une chanson de son premier album, et j’ai fondu. J’ai alors écouté tous ses albums avec soin et je me suis arrêté sur Shirim LeYoel (Chansons pour Yoel) son troisième album, dont je vous parle ici.

Continuer la lecture de Rona Kenan — Shirim LèYoel (Chansons pour Yoel, 2009)